« Sexy Pin-up Girls | Betty Page » | Dita Von Teese » | Asimov Pin-Up »

10053923


L’étoile filante Linda Darnell

Ses débuts seront fulgurants. On la fait tourner après quelques semaines, dans un second rôle, Hôtel pour femmes. La même année on lui donne comme partenaire la star de la Fox Tyrone Power dans Dîner d’affaires, Linda Darnell enchaînera trois autres films avec lui : L'Odyssée des Mormons, Le Signe de Zorro classique du film d’aventures et le flamboyant Arènes sanglantes où elle fait merveille en douce épouse délaissée de Tyrone Power, affrontant la tentatrice Rita Hayworth.

Linda Darnell a un quart de sang indien, son grand-père était cherokee, elle fut longtemps condamnée à des rôles exotiques conformes à la représentation stéréotypée d’une beauté brune « fatale » et « typée ». Linda Darnell interprète une espagnole dans Le Signe de Zorro et dans Arènes sanglantes ; une indienne dans Buffalo Bill ; une mexicaine dans La Poursuite infernale ; une eurasienne dans Anna et le roi de Siam

Malgré cela, les années quarante sont prodigieuses, Linda Darnell tourne avec les plus grands réalisateurs, Henry Hathaway, Rouben Mamoulian, Henry King, Douglas Sirk, William Wellman, René Clair, Otto Preminger, John Ford, Preston Sturges, Joseph L. Mankiewicz...

Après les films de Mamoulian on la remarque surtout dans une excellente comédie fantastique, C'est arrivé demain du réalisateur français, alors exilé à Hollywood, René Clair. Linda Darnell rompt ensuite son image de femme douce (elle a même interprété la Vierge Marie dans Le Chant de Bernadette) pour incarner les femmes vénales dans de somptueux films noirs, genre en vogue à l’époque, comme l’original Crime passionnel d’Otto Preminger qui observe la province américaine d’une manière froide et lucide et Hangover Square mélodrame baroque à l’atmosphère morbide. En 1946, Linda Darnell revient au Western et fera une composition remarquée dans le rôle de Chihuahua aux cotés de Henry Fonda et Victor Mature dans un chef-d’œuvre de John Ford, La Poursuite infernale.

Deux réalisateurs particulièrement donneront à Linda Darnell les plus beaux rôles de sa carrière. Tout d’abord Otto Preminger avec qui elle tourne quatre films, après Crime passionnel et Quadrille d'amour film musical, elle décroche le rôle d’Ambre malgré une concurrence acharnée : Peggy Cumming (renvoyée après quelques jours de tournage), Lana Turner, Susan Hayward entre autres. Son émouvante photogénie est transcendée dans Ambre pour un rôle difficile parfaitement tenu de bout en bout. C’est ce flamboyant mélodrame film historique, grand succès commercial, qui donneront à Linda Darnell ses galons de star et la renommée internationale. Elle tournera encore avec Preminger La Treizième Lettre, un remake du film Le Corbeau d'Henri-Georges Clouzot.

En 1949, après une étincelante comédie sophistiquée de Preston Sturges, Infidèlement vôtre, c’est la rencontre avec le grand réalisateur Joseph L. Mankiewicz avec ce qui sera un des ses meilleurs films Chaînes conjugales. Linda Darnell tombe amoureuse du réalisateur pendant le tournage, ils vivront une relation tumultueuse pendant six ans. Elle est de nouveau dirigée par Mankiewicz pour La Porte s'ouvre film à thèse sur la discrimination raciale, mais leur relation se terminera après que le réalisateur refusa de lui confier le rôle de Maria Vargas de La Comtesse aux pieds nus.

Source : Wikipédia

Libellés : , , , ,

Auteur


Pensée du jour



Contact



  rss